L’expertise en géosciences pour relever vos défis miniers!

En exploration minière, des expertises très variées peuvent être requises selon l’endroit dans le monde et le sol dans lequel les travaux se feront, et selon le type de gisement et de terrain dont il est question. Les impératifs d’un projet peuvent aussi avoir une incidence sur l’exploration et l’exploitation du site.

Qui dit expertise dit expert en la matière! Comme nous sommes une entreprise qui vous offre son expertise pour la réalisation de vos projets, nous vous présentons un article de l’un de nos experts, Stéphane Faure. Ce dernier possède des connaissances approfondies en exploration minière et en géosciences pour répondre à vos besoins.

La haute technologie au service des géosciences

Dans le contexte actuel marqué par une explosion technologique, il convient de parler de l’avancement et de l’évolution des géosciences au cours des dernières années, et d’expliquer les percées du domaine en deux volets.

Tout d’abord, les modèles géologiques ont bien changé au cours des dernières années. Plusieurs facteurs déterminants ont influencé les modèles récemment, par exemple la source et le transport de l’or. Ces modèles renouvelés orienteront l’exploration et nous aiderons à mieux comprendre les gisements sur lesquels nous travaillons.

Ensuite, il est important de parler de la capacité des ordinateurs à traiter l’information. Les logiciels 3D permettent maintenant de représenter les gisements en 3 dimensions. Les algorithmes associés jouent un rôle important pour l’interpolation des teneurs aurifères et d’autres éléments de ce type qui permettent de mieux comprendre la géométrie des corps minéralisés pour le calcul de ressources.

L’avenir qui se dessine dans les géosciences

L’avenir des géosciences nous réserve bien d’autres avancées, mais aussi des défis. Le plus grand défi sera l’exploration en profondeur. Bien que tous les gisements en surface n’aient pas encore été découverts, nous devons maintenant aller en profondeur, c’est-à-dire procéder par forage et faire appel à de plus en plus d’instruments qui mesureront les propriétés géophysiques et chimiques des roches. Comme nous aurons des données géochimiques qui auront été accumulées en faisant de la collecte de données et de l’observation des carottes, nous nous retrouverons avec beaucoup d’information. Toute cette information devra être stockée et analysée par des ordinateurs, d’où la nécessité d’utiliser l’intelligence artificielle (I.A.). La lecture en continu le long d’un forage de plus de 2 km de longueur nécessitera le recours à l’I.A. pour digérer ce grand volume d’information et créer des liens entre ces données. Nous savons que l’I.A. se développe rapidement à Montréal. Les géants de l’informatique travaillent maintenant tous avec cette technologie de pointe, et elle migrera inévitablement vers le domaine de la géologie.

Vous vous demandez certainement si les gens de l’industrie utilisent déjà l’I.A. La réponse est oui. Des entreprises comme Géotic travaillent déjà avec cette technologie et collaborent avec une firme qui développe l’I.A. Cette technologie permet de traiter toute l’information sur les carottes de forage en entraînant la photo de la carotte de forage à reconnaître des types de roche ou d’altération. Cela permet d’analyser les photos prises par le passé. En médecine ou en radiologie, on utilise l’I.A. pour détecter des tumeurs. Une utilisation similaire est possible en géologie.

Les gens de l’industrie sont ouverts à de telles technologies. Certaines entreprises travaillent d’ailleurs déjà avec ce type de logiciel. Avec cette information à leur disposition, les entreprises minières n’hésitent pas à investir de 5 $ à 10 $ de plus par mètre de carottes forées. Cela ne représente qu’un pourcentage minime par rapport au mètre foré, soit environ 200 $, pour une information quantitative continue et non biaisée.

Les géosciences, un domaine vaste et complexe

Comme les géosciences sont un vaste domaine multidisciplinaire et que les professionnels des géosciences ont chacun leur spécialité, ce ne sont pas tous les intervenants qui savent interpréter l’information et utiliser une base de données géochimiques ou géophysiques, par exemple. Or, il faut savoir exploiter ces données et les mettre à profit. Il faut donc des gens qui connaissent bien la géophysique, la géochimie ou la géostatistique pour travailler avec ce type de base de données.

L’expertise mise à votre disposition par InnovExplo, particulièrement en géologie et en géostatistique, sert à l’analyse et à l’interprétation de données multivariées. Pour traiter ces données, il existe de nombreux logiciels qu’il faut savoir maîtriser et exploiter, puisqu’ils sont de plus en plus sophistiqués et touchent à différentes sphères de la géologie. Il est donc nécessaire d’apprendre à travailler avec cette panoplie de logiciels.

De manière générale, notre travail consiste à utiliser les bases de données des entreprises, que ce soit pour produire un modèle géologique ou de ressources. Les différents experts à l’interne ont tous leur spécialité. L’expert géoscientifique est responsable de la partie géologique du mandat. Il doit bien comprendre le gisement avec les données fournies, en effectuant des visites sur le terrain afin de vérifier si l’information qui a été récoltée, soit par forage ou à l’effleurement, correspond bel et bien à ce qui est décrit. Ensuite, il faut faire un modèle géologique 3D qui nous permettra de comprendre la distribution de l’or dans l’espace. Tout cela nous permettra de connaître le volume et de comprendre à quoi est associé l’or, ce qui revient à de la géologie assez fondamentale pour ce qui est de savoir où est situé l’or, à quel type d’altération ou à quel type de roche, ou à quel type de structure nous avons affaire. Les collègues experts en ressources prennent ensuite la relève pour évaluer la quantité d’or présent dans un gisement et sa valeur. Il s’agit donc d’un travail multidisciplinaire, bref, d’un travail d’équipe.

Offrir une information concrète et approfondie en géosciences

Si nous abordons les grands défis qui sont présents dans notre travail à l’heure actuelle, c’est afin d’acquérir le maximum d’information, que nous pouvons ensuite exploiter et analyser afin de lui donner une plus-value. Le souci de fournir de l’information additionnelle à nos clients ou de relever de l’information qui n’avait pas encore été découverte dans leur gisement ou leur carte géologique est au cœur de notre travail. En somme, nous sommes constamment à la recherche de nouvelle information. Un gisement se découvre et s’analyse grâce à une équipe multidisciplinaire. Un ensemble de facteurs fait qu’on trouve un gisement. En leur fournissant de l’information additionnelle, les gens se posent des questions, vérifient et comprennent mieux leur base de données et leur modèle géologique. Voilà notre défi constant, apporter de l’information approfondie.

Pour la période suivant l’exploration, les clients requièrent des services de gestion. Ils font appel à nos services, particulièrement en Abitibi, dans les stades d’exploration et de compréhension du gisement lui-même. Avec l’expérience acquise relativement à une variété de contextes géologiques, autant en Abitibi qu’en Amérique centrale et ailleurs dans le monde, et grâce à notre participation au Consortium de recherche en exploration minérale (le CONSOREM), nous avons vu une panoplie de gisements et rencontré des personnes de différentes entreprises. C’est à la suite d’échanges et de discussions avec une multitude de géologues que nous pouvons constater toute la variété de gisements et de contextes géologiques, ce qui enrichit et élargit notre vision des géosciences. Ainsi, en tirant parti de cette vaste expérience et en examinant une base de données, une carte géologique ou un gisement, nous pouvons faire référence à d’autres modèles qui existent ailleurs en Abitibi, mais aussi sur la planète. Cela contribue à une meilleure compréhension de la géologie.

Pour en savoir davantage sur les services offerts par Stéphane Faure ou par les autres experts InnovExplo :

Sources