GENEVIÈVE AUGER, INNOVEXPLO

La simulation de processus, un outil à la hauteur de vos défis miniers

L’évolution technologique des dernières années a permis de simplifier le travail de bien des entreprises, tout en améliorant la précision et l’exactitude. Grâce à des logiciels avancés, ce progrès phénoménal en technologie a largement contribué aux services d’expertise dans de nombreux domaines, dont l’exploration et l’exploitation minières. Cela est vrai aussi en ce qui concerne la simulation, utilisée dans le domaine minier depuis plus de 20 ans maintenant. Avec les nouvelles générations de logiciels de simulation, le développement des modèles est grandement simplifié, ce qui permet de bâtir des modèles plus complexes et plus précis.

Pourquoi utiliser la simulation de processus?

Vous vous demandez sûrement à quoi sert la simulation de processus dans le secteur minier, et comment on l’utilise. Tout commence avec un client qui présente une problématique ou quelque chose qu’il veut tester. Sa mine n’existe pas encore, ou elle existe, mais il veut changer une façon de travailler et se pose des questions sur les répercussions de ce changement. Lorsqu’on parle d’implanter quelque chose de nouveau dans le domaine minier, on parle de coûts élevés. La simulation permet de créer un système virtuel pour tester la portée de certains changements ou de certaines décisions avant qu’ils ne se produisent. La simulation permet de faire ces essais virtuellement plutôt que sur le terrain. On peut appliquer la simulation aux opérations existantes ou dans le cadre d’un nouveau projet. En fait, la simulation peut être utilisée à toutes les étapes d’un projet : au moment d’évaluer la faisabilité, pendant les opérations, lors de l’implantation d’une modification (par exemple, un nouveau concasseur), lors de l’élaboration d’une nouvelle méthode de manutention des matériaux, ou lors d’un changement (par exemple, dans la manière d’opérer).

La simulation de processus dans le travail quotidien

Pour réaliser ce type de mandat, on doit d’abord comprendre le système dont il est question en l’étudiant. Il faut le programmer pour ensuite le tester afin de le valider. On est alors en mesure de faire des recommandations sur la meilleure façon d’optimiser ce système. La simulation n’est pas une science exacte; il s’agit d’un exercice d’essais et d’erreurs, comme bien des choses dans la vie. À l’aide du modèle de simulation développé, nous tentons de trouver des pistes de solutions pour formuler la meilleure recommandation possible. Ce n’est pas nécessairement la solution optimale, mais plutôt la meilleure qui a été testée. La puissance de la simulation réside dans le fait que la nature aléatoire des systèmes est prise en considération.
La simulation peut être utilisée pour optimiser un processus ou pour examiner les différentes options dans le but d’améliorer un projet ou un système pour lequel nous avons des objectifs à atteindre. La simulation permet de poser les questions suivantes : « Va-t-on atteindre les objectifs avec les conditions que l’on croit être bonnes? », « Est-ce réaliste? », « Peut-on s’attendre à obtenir les résultats escomptés? », « Que va-t-il se passer si je change telle chose? », « Vais-je atteindre la production souhaitée? », « Vais-je atteindre les objectifs fixés? ». On peut élaborer des scénarios du type « Qu’est-ce qui arrive si…? », puis déterminer des goulots d’étranglement dans les systèmes et trouver des solutions pour y remédier.

Appliquer la simulation de processus

Parfois, on prend des décisions, on crée une nouvelle conception de système ou on pense qu’une solution va fonctionner sur papier, mais on ne la perçoit pas vraiment de manière multidimensionnelle. On peut oublier certains aspects ou certaines interactions qui ne vont pas de soi. Par contre, avec un modèle de simulation, l’élément oublié surgit automatiquement. On constate alors qu’on n’avait pas pensé à cela. Cette façon de faire évite beaucoup de tâtonnements dans un projet, en plus de permettre de gagner du temps ET d’économiser de l’argent! On tâtonne virtuellement plutôt que sur le terrain.

Les plus grands défis en simulation

Les plus grands défis dans la simulation sont d’arriver à cerner la réalité et de parvenir à créer un modèle qui représente bien cette réalité pour être en mesure de tester diverses solutions. Il demeure que le modèle est quelque chose de fabriqué. On pourrait donc, hypothétiquement, développer un modèle qui ne représente pas la réalité telle qu’elle est, dans lequel les données ne sont pas valables. Il s’agit en fait de bien comprendre le système et de bien le programmer afin qu’il représente ce que l’on veut qu’il représente. Cela implique beaucoup de travail et de rigueur.

Le succès de la démarche en simulation

La simulation réglera un grand nombre de problèmes en amont, avant qu’ils ne puissent se produire. Elle apporte beaucoup de certitude quant à la façon de faire les choses, et permet de dire « Oui, on va l’atteindre, notre objectif ». Sans simulation, on est toujours un peu dans l’incertitude en se demandant « Qu’est-ce qui se passe si…? ». Une simulation permet de répondre à ce genre de question.

L’évolution technologique se fait à un rythme accéléré. Ces avancées prennent des proportions exponentielles, offrant des possibilités à l’infini pour la modélisation et les calculs, et nous permettant de mesurer les effets et les impacts avant même qu’un projet se mette en branle. On peut ainsi éviter des problèmes ou des effets négatifs. L’avenir nous réserve encore de bien belles surprises avec l’intelligence artificielle et les nouvelles sciences émergentes. Nous verrons sans aucun doute des découvertes et des technologies inimaginables il y a de cela peu de temps. Il ne tient qu’à nous d’en tirer profit!

Vous aimeriez en connaître davantage sur la simulation de processus? N’hésitez surtout pas à communiquer avec Geneviève pour plus de détails sur les avantages de cet outil de pointe.

Sources